14 septembre 2018

Jazzman (2)



Note : l'article original ayant été malencontreusement effacé ainsi que les savoureux commentaires que les lecteurs y avaient laissé, ceci en est donc une seconde version.





Brillant, insaisissable, audacieux, il fait mine d'être un loup solitaire.


Pourtant cet électron libre ne déteste pas les mondanités. Bien au contraire, il sait parfaitement se montrer au bon endroit au bon moment et pour se mettre en scène, il lui suffit en somme d'activer sa créativité, sa vaste culture, ainsi que sa légendaire impertinence…

Il se déplace comme un elfe parmi les blogs littéraires en distribuant tour à tour ses critiques acides et ses traits d'esprit. Rien ne semble lui échapper, il est toujours là où il faut.


Prodiguant tour à tour les persiflages et ce qui pourrait passer pour des encouragements, ses bons mots sont dignes d'une anthologie. Nous en produisons ici quelques exemplaires savoureux en espérant encourager d'autres mineurs de fond à collectionner ses verbatim.


Ainsi, en mai 2015 lors de la publication du Petit Traité d'anti-écologie par H16, le Jazzman ne pouvait manquer de saluer l'évènement à sa manière, sur le site de Didier Goux qui est sa cantine habituelle :

"H16 est un très bon écrivain qui règne avec maestria sur un troupeau de moutons-commentateurs déguisés en chiens-loups qui attendent le billet de 09h00 pour sonner l'hallali depuis leur place de travail open-space d'une entreprise privée, gage de turbo-libéralisme pas du tout capitaliste de connivence, non mais.
En ce moment on peut assister aux débuts émouvants de Barbara Bonsaï qui parfois donne la papatte à contretemps et se fait rabrouer par l'encadrement. Elle rêve d'accéder au statut de femelle dominante comme Black Mamba.
Pourtant le terrain de jeu est parfaitement délimité.
Imaginons qu'un comique s'avise par exemple de parler de la dizaine d'américains qui ont marché sur la Lune en pyjama blanc sans se prendre la moindre micro-météorite ou baffe de vent solaire...
Le regard de H16 se fige, on ne rigole plus, et il récite :
Cela n'a pas de sens de se demander si c'était techniquement possible, cela a eu lieu donc c'était techniquement possible.

Des heures sombres, oui, mais seulement grâce aux ray-ban teintées…"


Nous avons là un modeste exemple de l'humour si particulier de ce trublion cultivé qui promène son regard perçant et ses commentaires meurtriers dans les moindres recoins du web francophone en n'ayant pas peur d'affronter les sombres ruelles sans éclairage… Nous ne pouvons donc qu'encourager les gourmets à dénicher ces traits d'esprit, que l'on trouve principalement sur le site de Didier Goux.

Quant "aux débuts émouvants de Barbara Bonsai", nous renvoyons le lecteur à notre article de Seuil critique du 25 septembre 2014, intitulé "Comment H16 transforme les glissements de réalité". On y verra que je ne suis pas entrée au club les mains vides !

En fin de compte il convient considérer Jazzman comme la conscience des blogs français. A quoi nous ajoutons volontiers, des blogs francophones d'une certaine classe…









3 commentaires:

Barbara Schreyer a dit…

L'inspiration est l'énergie qui permet de faire circuler la sève vitale dans nos veines. Dès lors, je ne peux que suggérer à mes estimés lecteurs d'en faire largement usage dans leurs commentaires !

Fredi M. a dit…

Ben oui mais on a tout donné précédemment et vous avez tout effacé.
Alors bon...

Barbara Schreyer a dit…

Non Fredi, je proteste ! Il s'agit d'un incident technique indépendant de ma volonté. Je n'y ai d'ailleurs rien compris.
Sachez que j'étais au contraire très fière du nombre impressionnant de commentateurs qui ont bien voulu laisser un message !