28 avril 2017

Elections françaises : un enseignement du Yin et du Yang

 




Devant le grand flou qui s'ouvre maintenant pour l'électeur, on serait en effet presque tenté de lui conseiller de consulter le Yi King, le grand Livre des Mutations de la Chine antique...
 
Nous avons donc le jeune candidat masculin Emmanuel Macron, pur produit d'un puissant groupe d'intérêt, qui se signale par son art de parler beaucoup pour ne rien dire et de cacher son jeu sous une apparence angélique. Le Yin.
 
En face, il y a Marine Le Pen en femme forte, et même virile diront certains. La voix est vigoureuse, l'énergie puissante et le verbe haut. Le Yang.
 
Pour ce qui est des programmes, les grandes questions telles que l'Europe ou le choix d'une direction libérale ou socialiste sont soigneusement tenues à l'écart dans les deux offres. Seuls les spécialistes sont en mesure de faire des projections à partir des discours de campagne. Toutes ces incertitudes et ce flou contribuent à donner un contour vaguement surréaliste à cette élection. D'autant qu'à y regarder de plus près on voit aussitôt les mutations se mettre à opérer.
 
Macron le charmeur devient alors le joueur de flûte qui entraîne le troupeau à sa perte quand Le Pen se fait au contraire maternelle, les contraires s'inversent et se font face dans un étrange ballet.
 
Dans un autre tirage, on voit Le Pen tirant la France vers un passé chimérique qui n'existe pas quand Macron devient le chevalier blanc qui sauve la France du marasme économique en la jouant au grand casino capitaliste.
 
Au secours ! aurait-on envie de s'écrier, mais personne ne vous entend.
Vous n'avez sous la main que ces deux personnages improbables sortis des urnes comme des guignols de leur boîte. C'est en définitive sur votre seule intuition que repose le destin de la France pour les cinq prochaines années et l'offre étant ce qu'elle est, il va s'agir de jouer serré.
 
Et si tout ceci n'était en définitive qu'un jeu ?