23 mars 2015

Détournement de printemps


Certes notre espace se remplit du délicieux gazouillis des oiseaux et le magnolia se pare de ses  fleurs d'un rose si délicat, mais quelque chose paraît cependant clocher dans ce retour attendu du printemps. Des signaux suspects se font jour, qui ne peuvent échapper qu'aux plus distraits d'entre nous. Quelqu'un ou quelque chose profite en effet de la réapparition de certaines conjonctions vernales pour tenter d'introduire dans nos vies des balises subliminales.
 
 
Il y eût d'abord cette fameuse éclipse solaire trop bruyamment annoncée, trop bien préparée et qui nous fût finalement invisible, prétendument pour cause de couverture nuageuse dense sur le continent. Puis cette marée d'équinoxe, qu'on nous vantait comme centennale dans les médias, pour ne ressembler au bout du compte qu'à tant d'autres marées, les unes se succédant aux autres dans une perspective des plus familières.
 
Il y a bien quelque chose dans l'air qui sent l'entourloupe, on voudrait nous raconter des histoires qu'on ne s'y prendrait pas autrement. Les entités technomédiatiques qui s'arrogent maintenant le pouvoir de falsifier le réel semblent bien décidées à distraire notre attention par des effets d'illusionnisme si sophistiqués qu'ils en deviennent presque imperceptibles. Il faut déjà avoir un bon fond de paranoïa, accompagné d'un sens subtil de l'observation pour comprendre que ça ne tourne plus tout à fait rond et que le printemps n'est pas exactement à la place où il devrait être.
 
Quand les affidés du pouvoir se mettent à mélanger la technologie et la nature, les résultats peuvent être surprenants. Et si, pour parachever le tableau on y rajoute une petite couche d'envoûtement médiatique à l'intention d'un public crédule, il suffit de faire un tout petit pas de côté pour se retrouver en pleine science-fiction. Dès lors, on peut très vite commencer à faire des rapprochements, à mettre certains évènements en parallèle et à tenter de contextualiser quelques déclarations officielles. La tête nous tourne. Nous prendrait-on pour des ânes ?

Les pièces du puzzle se remettent alors en place d'elles même, comme un jackpot qui déboule gaiement de la machine à sous. Il suffit maintenant de voir au travers du filtre imposé par le discours médiatique pour comprendre que les choses ne s'agencent pas forcément comme on voudrait nous le faire croire ...



Illustration :

Hiroshe Konno
Poster publicitaire

  
 
 


1 commentaire:

Pheldge Nanker a dit…

"Il suffit maintenant de voir au travers du filtre imposé par le discours médiatique pour comprendre que les choses ne s'agencent pas forcément comme on voudrait nous le faire croire ..." oui, il suffit, encore faut-il être suffisamment instruit et réfléchi pour se poser les bonnes questions !
A une époque où on croule sous un déluge continu d'informations de toutes sorte, on est saturé et on finit par tout avaler, par habitude ou par lassitude.